Close
Loading the player ...
Portefeuille Produits d’Avery Dennison® conforme à la norme BS 5609
Close
Loading the player ...
Étiquetage de barils

Étiquetage conforme à la norme BS 5609 Questions fréquemment posées

BS5609-compliant-labelling

Transport de produits chimiques dangereux : pourquoi des réglementations sont-elles mises en place ?

Le déversement de pétrole et les fuites de produits chimiques rejetés restent courants et font l’objet de nombreuses discussions lors des débats sur le transport de produits chimiques. La mise en œuvre d’une réglementation stricte du transport contribue à préserver la santé, la sécurité et l'environnement. Cette réglementation internationale garantit que des normes et des exigences claires s’appliquent aux étiquettes et aux matériaux d’étiquetage. L’étiquetage direct de l’emballage expliquant la substance contenue est le premier identifiant d’un produit chimique dangereux. Afin de respecter la réglementation, il est important que le danger soit visible à tout moment et soit reconnaissable par un professionnel qualifié manipulant les matériaux des fûts de produits chimiques. Cette disposition s’applique même lorsque le baril ou le fût de produit chimique a été récupéré en mer.
 

Qu'est-ce que la certification de conformité à la Norme britannique 5609 (BS 5609) ?

La Norme britannique 5609 est largement reconnue comme étant le protocole de test le plus intensif pour les étiquettes imprimées, et elle est généralement considérée dans le secteur de l’étiquetage comme l’une des normes les plus strictes en matière de validation de la durabilité des étiquettes. Cette norme définit des spécifications et des méthodes de test afin de déterminer si des étiquettes autocollantes avec un frontal auto-adhésif seront efficaces dans des conditions maritimes. Cette norme en quatre parties comprend deux sections techniques :

  • La Section deux couvre le matériau de base et l’étiquette autocollante en considerant la combinaison film frontal/adhésif. Le matériau de l’étiquette est immergé dans de l’eau de mer pendant trois mois, afin de tester la performance de l’étiquette une fois immergée.
  • La Section trois couvre les étiquettes autocollantes imprimées finales, y compris les encres, les rubans et les systèmes d’impression appliqués aux matériaux qui ont obtenu une certification en vertu de la Section deux. Les étiquettes imprimées sont testées sur l’efficacité de l’impression, la lisibilité, la permanence de l’impression, la résistance à l’abrasion et la dégradation liée à la lumière, aux embruns salés et au sable.


Comment la Norme BS 5609 se classe-t-elle dans les cadres réglementaires international et européen ?

Pour comprendre la Norme BS 5609 et ses origines, il est nécessaire d’examiner les deux règlements en sont à la base : Le « système général harmonisé » (SGH) des Nations Unies et le Code maritime international des marchandises dangereuses (Code IMDG) de l'Organisation maritime internationale.

Depuis l’adoption internationale du SGH, les étiquettes doivent contenir certains éléments universels afin de transmettre les avertissements concernant les risques, les précautions de sécurité et les pictogrammes. Il est ainsi possible de garantir une manipulation appropriée des produits chimiques dangereux partout dans le monde.

Le Code IMDG est un système global développé par l'Organisation maritime internationale afin de réglementer le transport sécuritaire des marchandises dangereuses par voie maritime. Le Code IMDG prévoit également que les étiquettes des marchandises dangereuses répondent à certaines normes de durabilité afin de résister aux rudes conditions du transport maritime. Plus particulièrement, le Code IMDG prévoit que les étiquettes doivent supporter une immersion en mer de trois mois. La Norme BS 5609 comprend un test et définit des normes de durabilité pour les étiquettes autocollantes utilisées dans des environnements maritimes.


 

Quelles sont les exigences relatives à l’étiquette pour le transport selon le SGH ?

Le GHS est une directive générale pour la classification des produits chimiques. Il décrit également les exigences liées à l’emballage et à l’étiquetage.

Une étiquette correcte au regard du SGH doit répondre aux critères suivants :

  • Pictogrammes relatifs au danger (cadre rouge, forme de losange)
  • Mots d’avertissement – DANGER ou AVERTISSEMENT
  • Mentions de danger (Phrases H)
  • Mises en garde (Phrases P)
  • Identifiant du produit (nom, numéro CAS, etc.)
  • Identification du fournisseur et coordonnées


Quelles sont les exigences relatives à l’étiquette pour le transport selon le Code IMDG ?

Le Code maritime international des marchandises dangereuses (Code IMDG) est le guide concernant tous les aspects de la manipulation de substances dangereuses et de polluants marins lors du transport maritime. Le Code IMDG tel qu'il a été amendé à l’origine était recommandé aux gouvernements comme base pour la réglementation nationale. Après certaines modifications, ce code est à présent obligatoire. Il détaille les recommandations pour les substances, les matériaux et les articles individuels : les bonnes pratiques opérationnelles, y compris des conseils sur la terminologie, l’emballage et l’étiquetage : l’arrimage, la séparation et la manipulation : et les mesures à prendre en cas d’urgence. 1

Avec un accent particulier sur l’étiquetage, le Code IMDG classe les substances dangereuses en fonction de leurs propriétés afin de déterminer comment elles doivent être manipulées, emballées, chargées, transportées, déchargées et entreposées. Le but consiste à réduire les dommages pour l’environnement et la sécurité en cas de perte de conteneurs de produits chimiques ou de dommages subis par ceux-ci en mer : si un conteneur échoue sur la rive, son étiquette certifiée BS 5609 restera intacte pour transmettre des informations essentielles concernant la façon de manipuler son contenu.

Dans le Code IMDG, les produits chimiques sont classés selon le système de classification de l’OMI. Il existe 9 classifications, chacun nécessitant sa propre étiquette bicolore en forme de losange.
De même, avec une classification correcte, l’étiquette doit être lisible à tout moment. Tant le SGH que le Code IMDG exigent des étiquettes qui peuvent supporter l’environnement extrême que le transport maritime peut engendrer, comme la résistance à l’eau de mer et l’exposition au soleil.

Même lorsque le baril/fût a été immergé dans l’eau de mer, l’étiquette doit rester lisible :

« … apposée sur des colis contenant une substance dangereuse, les informations qu’elle contient doivent rester lisibles sur le colis après une immersion d’au moins trois mois dans l’eau de mer ».

Chapitre 5.2 du Code IMDG - Marquage et étiquetage des colis, y compris des GRV - Disposition 7
pour les étiquettes (5.2.2.2.1.7)

Afin de satisfaire aux exigences du SGH et du Code IMDG, la British Standards Institution a mis au point le protocole de test de la Norme britannique 5609 (BS 5609) De plus, la conformité en vertu de la Norme BS 5609 est parfois demandée par les transformateurs d’étiquette ou les utilisateurs finaux, lorsqu’ils ont besoin d’étiquettes particulièrement durables, même lorsque l’envoi ne se fait pas par voie maritime.

1. Source: IMDG code